Rubens 2004

L’amour des livres de Rubens et sa bibliothèque

La bibliothèque de Rubens reflétait tout autant sa personnalité que sa collection d’art. Le peintre baroque lisait des biographies d’artistes, consultait des atlas, étudiait des ouvrages de linguistique et d’archéologie, une discipline nouvelle à l’époque, et le tout de préférence en latin. La bibliothèque de Rubens était une des plus riches d’Anvers. Les pièces sélectionnées pour Rubens 2004 n’avaient jamais été exposées auparavant.

La bibliothèque de Rubens reflétait tout autant sa personnalité que sa collection d’art. Le peintre baroque lisait des biographies d’artistes, consultait des atlas, étudiait des ouvrages de linguistique et d’archéologie, une discipline nouvelle à l’époque, et le tout de préférence en latin. La bibliothèque de Rubens était une des plus riches d’Anvers des Pays-Bas méridionaux. Les pièces sélectionnées pour Rubens 2004 n’avaient jamais été exposées auparavant.
 

Une collection exceptionnelle

La collection de livres de Rubens dépassait largement celle d’artistes contemporains comme Velázquez ou Rembrandt. Rubens était un ami intime et un partenaire professionnel de l’imprimeur Balthasar I Moretus. Il était donc à la source pour la plupart des publications importantes de son époque. Au décès de Rubens en 1640, sa bibliothèque revint intégralement en héritage à son fils, mais après le décès de celui-ci, la bibliothèque, alors encore étoffée par les acquisitions d’Albert, fut vendue aux enchères à Bruxelles en 1658 et fut ainsi dispersée.
 

Reconstruction

Le bibliothécaire anversois Prosper Arents (1889-1984) rassembla pendant des décennies des volumes pour reconstituer la bibliothèque de Rubens. Ses recherches furent rédigées par un groupe de travail de l’association des bibliophiles anversois et publiées dans ses annales De Gulden Passer de 2000-2001.
 

09.03.2004 – 13.06.2004
 

Museum Plantin-Moretus
Patrimoine mondial de l’unesco