La biblia polyglotta

La Biblia polyglotta – ou bible polyglotte – est un chef d’œuvre monumental de Plantin. Elle compte huit volumes: quatre pour l’Ancien Testament, un pour le Nouveau Testament et trois volumes d’'Apparatus' ou commentaires. Le texte biblique lui-même est imprimé en cinq langues: latin, grec, hébreu, chaldéen et syriaque.

Le soutien de Philippe II

Plantin se donne beaucoup de peine pour cette commande. Avec cette publication, il veut d’abord réaliser quelque chose de grand et ensuite gagner la confiance de Philippe II. Bien vu et en plus nécessaire, car trois de ses associés se sont révélés calvinistes. En plus, fin 1566, Plantin est intervenu à monter une imprimerie anti-espagnole à Utrecht fin 1566. Un acte de haute trahison. 

Heureusement pour Plantin, son projet suscite l’intérêt de Philippe II. Plantin projette une nouvelle édition scientifique des textes bibliques. Philippe II envoie à Anvers de l’argent et son chapelain personnel, le théologien espagnol Benedictus Arias Montanus. Plantin et Arias Montanus vont travailler en bonne entente pendant quatre années. 
 

Une bible royale

Huit volumineux in-folio, cinq ans de travail par une équipe de grands philologues et de théologiens, cinq langues... La Biblia Polyglotta plantinienne ou bible polyglotte, appelée aussi Biblia Regia (Bible royale), est la plus grande entreprise typographique de son siècle. Ce chef d’œuvre présente une nouvelle édition scientifique du texte biblique en latin, grec, hébreu, syriaque et araméen. Plantin y travaille de 1568 à 1573.

Les bonnes relations avec Philippe II constituent la base solide de deux siècles florissants pour l’entreprise. Les bons contacts avec l’Espagne catholique assurent aux Moretus le monopole sur les ouvrages liturgiques destinés à l'Espagne et toutes ses colonies. Un marché gigantesque... 
 

Museum Plantin-Moretus
Patrimoine mondial de l’unesco